Habillement : pour freiner l’exclusion, Cover Dressing invente le « Bien à porter »

Grenoble Ecole de Management organisait le 14 mai ses premiers Trophées de la Paix économique, pour valoriser le déploiement de projets axés sur le bien être au travail et l’innovation dans les relations entreprises - structures publiques - société. 75 entreprises, collectivités, associations françaises et étrangères ont déposé une candidature, et 10 ont été récompensées. L’article ci-dessous présente le projet de Cover Dressing, récompensé dans la catégorie Développement des organisations pour les organisations de 1 à 249 salariés.

En France, 8 millions d’adultes touchés par le handicap, la maladie ou l’âge ont des difficultés à s’habiller en prêt-à-porter. La start-up associative Cover Dressing s’attaque à cette exclusion en sensibilisant les marques et les ergothérapeutes, et en créant des passerelles avec ces deux univers.

A quoi ressemblent les personnages étalons sur lesquels travaillent les élèves des lycées de métiers de la mode ? Muriel Robine, présidente de Cover Dressing, le sait, pour y avoir animé des ateliers. « Ce sont des silhouettes idéalisées, jeunes, souples et élancées, capables d’entrer dans n’importe quel vêtement. Ce parti-pris pousse huit millions d’adultes au repli et à l’isolement social. »


2000 vêtements de prêt-à-porter essayés et évalués

Pour autant, Cover Dressing ne cultive pas la rancune. Elle va de l’avant, avec la volonté d’ouvrir le monde du prêt-à-porter et les ergothérapeutes à un sujet qu’ils ne connaissent pas. « Quand vous n’avez qu’une Coverdressing Caroline Lebrun Muriel Robine Christophe Ferrari copyright Bruno Moyen BRU 0600main valide, que vous ne pouvez plus vous baisser ou vous tourner, que le tissu appuie là où vous avez mal, s’habiller devient difficile voire impossible. Il vous reste le vêtement médical, cher et stigmatisant, le vêtement trop grand ou le survêtement informe».

Née en 2013 au Havre, cette start-up associative compte une centaine de bénévoles et 3 salariés. Elle a d’abord créé une communauté autour d’un webzine décomplexé, sorte de Elle du handicap et du grand âge. Puis en 2015, elle a lancé une démarche de R&D. « Nous avons essayé 2000 vêtements de prêt-à-porter pour identifier élément par élément — cols, boutons, emmanchures, poches, fermetures, etc. — ce qui était adapté ou non à notre population. Ces données ont été agrégées dans un logiciel qui est notre sésame pour rencontrer des marques ».

Photo: de gauche à droite : Membre du jury Caroline Lebrun, Directrice Coopération et Engagement Harmonie Mutuelle - Lauréat Coverdressing Muriel Robine, Présidente  - membre du Jury Christophe Ferrari, Président Grenoble Alpes Metropole, copyright Bruno Moyen


Un bilan gestuelle-habillement conçu avec des ergothérapeutes

Cover Dressing a aussi contacté des ergothérapeutes de centres de rééducation. Elle a créé avec eux un protocole d’évaluation « gestuelle/habillement » afin d’identifier les difficultés de chaque patient. « Nous sensibilisons ces ergothérapeutes et nous leur donnons accès à cet outil pour qu’ils l’alimentent. Ces connaissances médicales constituent l’autre volet de notre expertise.»

Pour toucher le grand public, des ateliers sont proposés dans des centres commerciaux du Havre autour du label « Bien à porter ». Cover Dressing propose aussi du service individuel : un bénévole fait du repérage en ville, puis accompagne une personne malade, handicapée ou âgée dans ses achats.

Avec les marques, le choc des cultures initial n’a pas été facile. Ici, l’interlocuteur demandait d’entrée quel serait le ROI d’un partenariat. Là, la direction était enthousiaste mais le marketing freinait des quatre fers. « Nous avons dû adapter notre discours et aborder les entreprises autrement », explique Muriel Robine.  


Un soutien-gorge Darjeeling «
 Bien à porter » à l’automne 2019

Un premier partenariat a été noué avec une marque pour hommes. Cover Dressing a sélectionné 32 de ses références, qui ont été étiquetées « Bien à porter » en magasin. Hélas, l’histoire s’est arrêtée : la société, en difficulté depuis longtemps, a cessé son activité.

En revanche, la collaboration avec la marque de lingerie Darjeeling a le vent en poupe. C’est elle qui a contacté l’association. La collection automne-hiver 2019 comptera un premier soutien-gorge « Bien à porter », conçu et amélioré avec Cover Dressing.

« Nous comptons grandir en expertise avec nos deux logiciels, que nous continuons à enrichir ; nous comptons grandir en taille et nous implanter dans d’autres villes grâce à notre notoriété » conclut Muriel Robine. Signe qui ne trompe pas : IDRI, une prestigieuse école parisienne de conseil en image, a demandé à Cover Dressing d’assurer deux journées de cours et un partiel à la rentrée 2019.

 

        

Les points forts du projet

  • La volonté d’inclusion d’une population de 8 millions d’adultes
  • L’implication des parties prenantes : marques de prêt-à-porter et ergothérapeutes
  • Une expertise unique, capitalisée dans deux logiciels
  • Une démarche de start-up portée par des valeurs associatives.
  •  

        

     

    Voir tous les Lauréats des Trophées de la Paix économique

    Voir les membres du Jury

     


     

    Logo partenaires

     


     

    GEMbaselineCCI noir

    CONTACT

    Caecilia von Hildebrand
    Chargée de projet événementiel et communication
    Tél.: +33/4 76 70 64 81

    SUIVEZ-NOUS

    linkedin DomSteiler 60x60px Linkedin groupeMindfulness 60x60px
    Twitter 60x60px Youtube 60x60px

    ABONNEMENT NEWSLETTER

    newsletter

    TELECHARGER LA PLAQUETTE

    plaquette