Forum international pour le bien-vivre - Grenoble 6-7-8 juin

Richesse(s), Bonheur : Quels indicateurs pour inventer demain ? Le Forum international pour le bien-vivre se tiendra à Grenoble sur le domaine universitaire les 6-7-8 juin 2018. La Chaire Mindfulness, Bien-être au travail et Paix économique fait partie des organisateurs et interviendra dans une table ronde le 8 juin sur le thème :Travail, bien-être et bien commun : concilier l'inconciliable ?

 

forum bine vivre 2018Pour la première fois en Europe, élus, agents des collectivités, scientifiques, acteurs associatifs et citoyens engagés se réunissent pour penser la question des indicateurs de richesse(s) et agir ensemble face à la nécessité d’un changement de modèle. Le forum international pour le bien-vivre propose des conférences, tables rondes, projections, interventions artistiques, ateliers et débats ouverts à tous… et prenez date des 6, 7, 8 juin 2018 à Grenoble : 3 jours pour inventer demain !

La santé au travail – la chaire parmi les experts de la mission parlementaire

Quelle importance faut-il accorder à la formation aux questions de santé au travail ? Quel lien avec la paix économique ? Agnès Muir Poulle, rapporteur des experts entendus par la mission Lecocq, Dupuis et Forest le 12 avril, nous livre quleques recommandations.


Agnès Muir Poulle à la mission Lecocq, Dupuis et Forest le 12 avril 2018La chaire Mindfulness, Bien-être au travail et Paix Economique a fait partie des acteurs experts de la Santé Qualité de Vie au Travail auditionnés le 12 avril 2018 par la mission Lecocq, Dupuis et Forest. Les résultats de cette enquête seront rendus publics en juin. Rapporteur du groupe de travail, Agnès Muir Poulle, enseignante à Grenoble Ecole de Management (GEM) et membre de la chaire, a présenté des recommandations sur l'importance de se former tout au long de la vie aux questions de santé, de santé au travail et ceci tant sur le plan physique, psychique, relationnel qu’environnemental.

La rupture conventionnelle

visuel rupture conventionnelleEn 2018, la rupture conventionnelle fête ses dix ans. Telle que définie par les textes et encadrée par la jurisprudence, elle a connu un réel succès. Elle ne tient toutefois pas toujours les promesses d’un accord loyal à l’origine de la rupture du contrat de travail. Les réformes en cours, notamment celles créant la rupture conventionnelle collective, peuvent être source d’inspiration pour lui redonner sa véritable dimension managériale.

La rupture conventionnelle, qu’est ce que c’est ?

La rupture conventionnelle individuelle est une convention par laquelle l’employeur et le salarié décident, d’un commun accord, de rompre le contrat de travail à durée indéterminée qui les lie et fixent les conditions de cette rupture(1). Elle ouvre droit aux allocations d’assurance chômage et à une indemnité de rupture d’un montant au moins équivalent à celui de l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement (si cette dernière est plus élevée). Cette indemnité est exonérée de charges sociales et d’impôt dans les limites réglementaires applicables aux sommes versées à l’occasion de la rupture du contrat de travail, hors licenciement pour motif économique.

Retrouvez  en deux parties l'article de Jacques Uso, associé de Lawsen Avocats Droit social et Relations sociale - et membre de la chaire, paru dans le numéro #47 d’Office et Culture et sur le site de Lawsen Avocats.

Conférence : Profits et épanouissement en entreprise : mission impossible ?

actu conf mindfulness


15 mai 2018

Grenoble Ecole de Management

19h-20h45 + cocktail dînatoire

Entrée libre, inscriptions obligatoires

 

 

Qui n’a jamais entendu dire que le profit va de pair avec stress et hyper-compétitivité ? Alors que l’épanouissement dans le monde professionnel est souvent associé à peu de performance pour les uns et correspond à aucune forme de tension pour d’autres. Pourquoi serait-il impossible de faire collaborer ces deux notions ?

Marie Georges, Associée chez Deloitte Développement Durable, Jean-Jacques Chabanis, Président de La Boîte à Outils et Dominique Steiler titulaire de la Chaire Mindfulness, Bien-être au travail et Paix économique, démontreront au cours de cette conférence, à partir d’exemples concrets basés sur la paix économique et la responsabilité sociale d’entreprise, qu’allier profit et épanouissement n’a rien d’une mission impossible. Bien au contraire.

Emploi et bien-être, quels indicateurs ?

Fiona Ottaviani - The Conversation

File 20180321 165557 1uh1xdz.jpg?ixlib=rb 1.1
Quantité et qualité de travail ne sont pas synonymes : le cas de l'agglomération grenobloise. Shutterstock

Fiona Ottaviani, Grenoble École de Management (GEM)

Cet article s'inscrit dans le cadre de la Chaire Mindfulness, Bien-être et Paix Économique de GEM. Il vient nourrir la réflexion du premier forum international pour le bien vivre qui se tiendra à Grenoble du 6 au 8 juin prochain, sur le thème « Richesse(s), bonheur : quels indicateurs pour inventer demain ? »

L’implication de différents acteurs et actrices du territoire grenoblois (chercheur·e·s, élu·e·s, habitant·e·s, professionnel·le·s des politiques publiques, etc.) dans une démarche participative de construction d’Indicateurs de bien-être soutenable territorialisés (IBEST) a permis d’identifier, à l’échelle de la métropole, huit dimensions de bien-être soutenable : le travail et l’emploi, l’affirmation de soi et l’engagement, la démocratie et le vivre ensemble, l’environnement naturel, la santé, l’accès aux services publics, le temps et le rythme de vie et l’accès durable aux biens de subsistance.

 


 

bandeau partenaires 1240x100px

 


 

GEMbaselineCCI noir

CONTACT

Caecilia von Hildebrand
Chargée de projet événementiel et communication
Tél.: +33/4 76 70 64 81

SUIVEZ-NOUS

linkedin DomSteiler 60x60px Linkedin groupeMindfulness 60x60px
Twitter 60x60px Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette