Rejoignez-nous aux Trophées de la Paix économique !

Le 14 mai prochain, Grenoble Ecole de Management inaugure les premiers Trophées de la Paix économique, à Grenoble. Seront mises à l’honneur, les organisations, privées et publiques, qui concourent à l’amélioration des interactions humaines et organisationnelles au travail. Au programme de la journée : des ateliers et une table ronde mettront en lumière des processus innovants et la volonté de mieux-faire.


bandeau trophees 650x160px vectorisé

 

 

 

 

 

Le 14 mai prochain, à la MC2 Grenoble, la cérémonie de remise des Trophées de la Paix économique augure le premier événement international, visant à soutenir le développement de pratiques vertueuses dans les organisations. Portés par la chaire de recherche Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, les Trophées de la Paix économique défendent quatre lignes directrices :

Faire connaître des actions effectives d’évolution vers la paix économique, le bien commun et promouvoir les entreprises qui s’y attèlent. En effet, de très nombreuses initiatives sont mises en place, chaque année, dans les entreprises sans être connues, ni soutenues.

Contribuer à une reconnaissance de la réalité de la vie d’un projet, faite d'enthousiasme, de joie, de réussite, mais aussi de doute, d’erreurs et de difficultés surmontées. Ces dernières ne doivent plus être masquées, mais valorisées comme une part nécessaire du processus.

L’Happycratie : nouvelle injonction au bonheur dans les entreprises ?

Monde économique et politique, médias, citoyens, dirigeants et collaborateurs dans les entreprises semblent s’être convertis à « l’Happycratie ». Cette « économie du bonheur » est porteuse d’un discours normatif, qui est vecteur d’instrumentalisation dans les organisations. La promotion du bonheur dans nos sociétés néolibérales constitue-t-elle un « nouvel eldorado social » ? Et quel est son prix ?

 

Le bonheur a quel prix Hélène Picard et Fiona OttavianiHélène Picard et Fiona Ottaviani, sont enseignantes-chercheuses à Grenoble Ecole de Management et membres de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Dans un article paru dans The Conversation, en décembre dernier, les deux chercheuses pointent les dérives du « discours normalisant », qui est issu de « l’économie du bonheur ».

 

Deux ouvrages font école

Les chercheuses fondent leur analyse sur deux ouvrages notamment, qui font référence dans le champ de l’économie du bonheur. Le plus récent, « Happycratie : comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies », paru en 2018, est co-rédigé par Eva Illouz, sociologue et Edgar Cabanas, docteur en psychologie. Cet ouvrage critique de l’économie du bonheur a relancé le débat sur l’instrumentalisation du bonheur, et son utilisation comme finalité sociale dans l’entreprise.

Plus ancien, « Le prix du bonheur : leçons d’une science nouvelle », paru en 2007, est le fruit des travaux de l’économiste anglais Sir Richard Layard. Son ambition ? Mettre au jour « une science du bonheur » avec ses lois et ses experts, guidant les comportements individuels et collectifs en forme d’ultimatum. Une injonction que dénoncent Hélène Picard et Fiona Ottaviani, dans une approche critique de l’économie du bonheur, mais également de la psychologie positive.

Jean Ribera – Le sculpteur des Trophées de la Paix économique

Jean Ribera est l’artiste sculpteur grenoblois des Trophées de la Paix économique. Il symbolise la valeur d’une démarche de transformation par le travail à façon de métaux de récupération.

 

Jean Ribera 150x150Faire autrement avec ce qui est présent. Depuis 2003, Jean Ribera peaufine ses sculptures, faisant du métal abandonné une matière première valorisée. Engrenages, embrayages, fragments d’étagères, cornières… l’artiste autodidacte a pour singularité de travailler avec des matériaux de récupération, qu’il chauffe et qu’il tord pour les façonner. La chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail l’a choisi pour représenter les Trophées de la Paix économique à plusieurs titres. Jean Ribera est ancré dans le territoire. Il a réalisé de nombreuses expositions, à Grenoble, et a obtenu plusieurs prix.

Au-delà, à travers son art du métal détourné, le sculpteur promeut la richesse et la valeur d’une démarche de transformation, et s’inscrit symboliquement dans l’esprit des Trophées de la Paix économique. Par son art du recyclage, il abonde également la démarche « zero waste », défendue par Grenoble Ecole de Management. C’est ainsi que les trophées de la Paix économique seront spécialement sculptés pour l’occasion et dévoilés le jour J.

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT AUX TROPHEES DE LA PAIX ECONOMIQUE

Crédit Photo : Joseph Caprio

 

Participez au jury d’entrée de Grenoble Ecole de Management !

Du 27 mai au 5 juillet, Grenoble Ecole de Management accueille plus de 800 professionnels qui participent à la sélection des étudiants aux concours d’entrée. Le 26 juin, rejoignez les membres de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail au sein du jury !


GEM JuryProfessionnels du monde de l’entreprises, devenez membre de jury aux concours d’entrée de Grenoble Ecole de Management (GEM) ! Du 27 mai au 5 juillet, Grenoble Ecole de Management accueille plus de 800 acteurs et collaborateurs d’entreprises, qui concourent à la sélection des futurs étudiants au côté des enseignants.

L’occasion vous est donnée de partager vos compétences et votre regard d’expert. Le mercredi 26 juin, pour la première fois, cette journée mobilisera les membres de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, qui partageront les temps forts de la sélection avec vous. Notons que la présence combinée aux jurys de collaborateurs d’entreprises et d’enseignants de GEM, apporte une valeur ajoutée à la découverte de profils diversifiés. Aussi, rejoignez-nous, en particulier le 26 juin, et prenez place au côté des membres de la chaire !

INSCRIPTIONS et informations

Un indice de positivité pour les entreprises

La notion d’économie positive avance au sein de l’OCDE. L’indice de positivité des entreprises est un dispositif favorisant le progrès. Il a pour objectif d’accompagner les acteurs économiques dans leur « transformation positive ».

economie positiveL’ONG Positive Planet, présidée par Jacques Attali, publie depuis 2013 un indice de positivité pour les 34 nations de l’OCDE. Cet indice est complété, depuis 2015, d’un indice de positivité des entreprises (notamment celles du CAC 40). Il vise à dépasser les limites des indicateurs classiques comme le PIB, dont il se distingue en focalisant l’évaluation sur le niveau d’engagement envers les générations futures. Ce dernier repose notamment sur une croissance responsable, durable et inclusive. L’indice de positivité des entreprises est un dispositif favorisant le progrès, et a pour objectif d’accompagner les acteurs économiques dans leur « transformation positive ».

35 critères sont ainsi déclinés. Parmi ceux-ci, l’entretien de conditions de travail positives, la promotion d’un partage positif de la valeur produite par l’entreprise, les relations fournisseurs et les achats responsables et durables, etc. Cet indice a été imaginé au départ pour les grandes entreprises. Au vu de sa pertinence en termes d’amélioration des pratiques, l’indice de positivité des entreprises pourrait être utile aux plus petites entreprises, PME, ETI et start-up, engagées dans une démarche de pacification économique.

Lire l'article complet de Hugues Poissonnier, enseignant chercheur à Grenoble Ecole de Management et membre de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au Travail paru sur la plateforme The Conversation.

Page 1 sur 32

 


 

Logo partenaires

 


 

GEMbaselineCCI noir

CONTACT

Caecilia von Hildebrand
Chargée de projet événementiel et communication
Tél.: +33/4 76 70 64 81

SUIVEZ-NOUS

linkedin DomSteiler 60x60px Linkedin groupeMindfulness 60x60px
Twitter 60x60px Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette