Institut de l’Engagement : ouvrir des « voies républicaines » aux jeunes les plus engagés

Print


Un potentiel qui s’apprécie hors résultats scolaires

Ceux qui choisissent les études bénéficient d’un privilège rare : leur statut de lauréat les rend directement admissibles dans les établissements partenaires ! « Ils évitent les épreuves écrites de sélection, trop formatées pour la majorité d’entre eux alors qu’ils disposent d’un vrai potentiel » décode Claire de Mazancourt.

Un potentiel, pour l’Institut de l’Engagement, ne s’apprécie pas à l’aune de résultat scolaires mais sur la base d’un triptyque : quelle est la personnalité du jeune ? qu’a-t-il accompli et appris pendant son expérience d’engagement ? son projet est-il cohérent et que fait-il pour le concrétiser ?

« Notre ligne de conduite n’est pas élitiste, mais bienveillante. Le dossier de candidature est conçu pour aider le jeune à structurer sa démarche et à évaluer où il en est. Quant à l’entretien, il doit apporter un maximum de conseils en 45 minutes, même pour les dossiers que nous ne retiendrons pas. Ce n’est pas un jury. »

3000 lauréats depuis 2012 et 90 % de réussite

Parti en 2012 avec une promotion de 150 jeunes, l’Institut de l’Engagement a trouvé son rythme de croisière à 700 lauréats par an. Il permet à 90 % d’entre eux d’atteindre leur objectif : une première année d’études validée, un CDI ou un CDD de plus de six mois, une création d’activité.

« Ces résultats tiennent aussi à l’effet promo que nous suscitons en organisant plusieurs fois par an nos universités de l’engagement. Les jeunes s’y retrouvent pour des ateliers et des conférences animées par des grands noms : Muhammad Yunus, Louis Schweitzer, Erik Orsenna, Serge et Beate Klarsfeld…»

Malgré son très beau bilan, l’Institut de l’Engagement manque encore de notoriété. Sans doute parce qu’il est trop atypique, pas assez ciblé sur un public. Mais sa directrice générale ne manque pas d’idées pour le propulser plus haut. Elle sait en particulier que quand elle sollicite ses 3000 anciens lauréats, un bon tiers répondent présent et agissent. Preuve que le sens de l’engagement était bien la valeur centrale de leur parcours.

 

        

Les points forts du projet

  • Un projet qui donne toute sa valeur à l’engagement citoyen
  • Un recrutement 100 % ouvert, sans quotas ni a priori
  • La mobilisation de 300 entreprises, collectivités, associations, universités et grandes écoles
  • Le taux de réussite élevé des lauréats

  •     

     

    Voir tous les Lauréats des Trophées de la Paix économique

    Voir les membres du Jury

    Tags: ,