Du multilatéralisme aux coalitions hétéroclites

 

Il est, de ce point de vue, révélateur de constater que les avancées les plus significatives du dernier G20 d’Osaka en juin aient concerné les dossiers bilatéraux alors qu’aucune solution n’a été trouvée pour permettre de pérenniser le fonctionnement de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dont le tribunal est toujours bloqué par les États-Unis qui empêchent la nomination de nouveaux juges.

La réduction des échanges mondiaux ne constitue pas forcément une mauvaise nouvelle. En faisant reculer le commerce de concurrence (celui qui consiste à importer et à exporter des produits de même nature) plus que le commerce de complémentarité (celui qui vise des produits n’étant pas fabriqués par les importateurs), elle diminue l’impact environnemental des transports sans forcément priver les consommateurs des produits non fabriqués sur leur territoire national.

Certains entrevoient même un possible renouveau des politiques industrielles. Les effets des possibles mouvements de réindustrialisation auraient ainsi des effets bénéfiques sur les plans économiques, sociaux et environnementaux.

De nouvelles formes de coopération

Toutefois, la crise du multilatéralisme risque de compliquer la résolution de ces problèmes liés au climat ou à la biodiversité. C’est en effet à l’heure où nous aurions le plus besoin d’engagements et d’actions mis en œuvre collectivement, et le plus globalement possible, que la coordination internationale fait le plus défaut. Fort heureusement, c’est précisément sur ce dernier terrain que de nouvelles initiatives voient le jour.

Celles-ci impliquent des pouvoirs publics, des organisations internationales, des ONG, des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs. Elles prennent donc la forme de coalitions hétéroclites d’acteurs qui prennent leurs responsabilités en trouvant dans le collectif la possibilité de renforcer leurs contributions individuelles. Citons par exemple le cas du géant de l’agroalimentaire Danone et du réseau BSR (Business for Social Responsibility) qui ont lancé fin 2018 la plate-forme « Business for Inclusive Growth » (B4IG) « dans le but d’accélérer le processus d’action contre les inégalités et en faveur de l’inclusion ». À plus petite échelle, l’initiative « Les bons clics » réunit une entreprise de l’Économie sociale et solidaire (ESS), une start-up, trois associations qui œuvrent pour l’insertion sociale, et un réseau d’associations locales pour lutter contre l’exclusion numérique.

À l’heure où elles s’interrogent sur le sens et où elles redéfinissent leurs missions, de nombreuses entreprises ont l’occasion de dépasser, dans l’intérêt de tous, leur stricte vocation économique. Une telle évolution plaiderait en faveur de la vision proposée par l’économiste Éloi Laurent dans son dernier ouvrage « L’impasse collaborative », mettant la coopération entre acteurs divers au cœur des évolutions souhaitables et en cours de la société.

The Conversation

Hugues Poissonnier, Professeur d'économie et de management, Directeur de la Recherche de l’IRIMA, Membre de la Chaire Mindfulness, Bien-Etre au travail et Paix Economique, Grenoble École de Management (GEM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

La coopération entre acteurs divers, nouvelle réponse aux défis contemporains ? REDPIXEL.PL / Shutterstock

 

 

 


 

 

Logo mécènes Chaire Paix économique sept 19

 
 
 
 

 


 

CONTACT

Caecilia von Hildebrand - Event and communication manager - Tél.: +33/4 76 70 64 81 - Mail

CONTACT

contact

Caecilia von Hildebrand
Chargée de projet communication
Tél.: +33/4 76 70 64 81

SUIVEZ-NOUS

  linkedin DomSteiler 60x60pxTwitter 60x60px
  Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette

 
 
 
 
© 2018 GEM - Chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Tous droits réservés.

To participate in a human value-creating economy

Contact - Legal notices - Sitemap