À Kingersheim, la bienveillance a acquis droit de cité

Print

«Les relations au sein de la mairie sont devenues plus bienveillantes»

Pourquoi cet engouement ? Parce que les premiers agents formés ont constaté qu’ils dormaient mieux, qu’ils géraient plus facilement leurs émotions, qu’ils avaient plus de recul face aux petits tracas quotidiens… et que leurs collègues s’en sont rendu compte ! Pour d’autres, c’est le conseil du médecin de famille qui a joué. « De mon côté, j’observe que les relations au sein de la mairie sont devenues plus détendues, plus bienveillantes. Si un conflit survient, il est traité davantage par le dialogue que dans la tension. »

Franck Plüss, qui a hérité d’un titre « d’happy-culteur », a aussi créé des vidéos courtes sur la méditation qu’il met en ligne sur l’intranet municipal. Autre initiative, la constitution d’un fonds d’une trentaine de livres sur la méditation à la médiathèque communale, ouverte à tous. Autre projet encore, un « forum ouvert » pour les agents à la rentrée 2019, afin d’échanger sur le sens de leur travail et leurs difficultés avec des outils d’intelligence collective.

« Je manque de temps pour tout mener, reconnaît Franck Plüss. J’espère disposer un jour d’un budget pour financer des formateurs extérieurs et  des conférenciers réputés, pour offrir des enseignements solides et de qualité» Les habitants et les employés sont demandeurs, de même que plusieurs communes ou intercommunalités voisines qui à leur tour, envisagent de créer une fonction d’happy-culteur.

 

        

Les points forts du projet

  • Une mise en œuvre concrète de la paix économique
  • Une démarche ouverte à tous les agents municipaux
  • L’idée de créer du lien « de soi à soi » pour favoriser le lien à l’autre
  • La cohérence entre ce projet et l’engagement de Kingersheim sur la démocratie participative

  •     

     

    Voir tous les Lauréats des Trophées de la Paix économique

    Voir les membres du Jury

    Tags: , , ,