Paix économique : un concept qui fait sens chez Alma

La guerre économique on connait, mais la paix économique ? Laurence Ruffin, PDG d'Alma, explique en quoi ce concept fait écho dans leur Scop et revient sur le projet qui a poussé Alma à candidater.

interview laurence ruffin almaAlma a été primée le 14 mai dernier aux Trophées de la Paix économique organisés par la chaire de recherche Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail de Grenoble École de Management, aux côtés de 9 autres organisations. 

Laurence, qu’est-ce qui a motivé Alma à postuler à ces Trophées ?

Jusque là nous n’avions jamais eu envie de candidater à un concours mais les Trophées de la Paix économique portés par GEM ont retenu notre attention. En effet, les valeurs qui sont prônées correspondent à notre projet d’entreprise et nous souhaitions nous inscrire dans l’idée que la paix économique doit être un principe fondamental dans la vision de l’entreprise et pas quelque chose d’anecdotique. Postuler était une manière de contribuer au développement de cette idée qui nous tient à cœur.

Lire l'article complet sur le blog d'Alma

De la Charte au Label Relations Fournisseurs et Achats Responsables

Hugues Poissonnier présente le livre blanc : « De la Charte au Label « Relations Fournisseurs et Achats Responsables » : une démarche de progrès créatrice de valeur » . L'expérience des labellisés au service de la promotion de l'achat responsable.

Hugues_Poissonnier_carnet_blanc
Consulter et télécharger ce livre blanc

Hugues Poissonnier, professeur à Grenoble Ecole de Management (GEM) et directeur de l'IRIMA, Pierre Pelouzet, médiateur des entreprises et Sylvain Guyoton, Senior Vice- President Research EcoVadis, ont présenté ce jour, le livre blanc consacré au label Relations Fournisseurs et Achats Responsables et destiné aux chefs d'entreprise. Patrice Célérier, responsable organisation et performance Achats – Schmidt groupe et Stéphane Petit, Commissaire des Armées, Chef du Pôle qualité, PME et innovation, Mission des achats du Ministère des Armées, étaient présents également pour apporter leurs témoignages et partager leurs retours d'expérience.

L'égalité de traitement entre salariés

L’égalité de traitement entre salariés est à la fois une obligation juridique et une qualité managériale. Au-delà, la prise en compte d’une réalité objective peut justifier des mesures visant à rétablir l’égalité des chances. Mais dans ce domaine, comme dans bien d’autres, le mieux peut se révéler l’ennemi du bien.

 

Office et Culture 52L’égalité entre les personnes, et par conséquent entre les salariés est un droit fondamental proclamé aussi bien par la Déclaration des droits de l’Homme de 1789 que par la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La règle « à travail égal, salaire égal » qui en découle est énoncée incidemment par deux articles du Code du travail. Le premier de ces textes concerne les conditions à remplir par une convention de branche pour être susceptible d’extension. Le second énumère les attributions de la commission nationale de la négociation collective, de l’emploi et de la formation professionnelle qui doit, en particulier, « suivre annuellement l’application dans les conventions collectives du principe à travail égal, salaire égal ».

La Cour de cassation a posé ce principe en règle impérative en retenant « qu’il s’en déduit que l’employeur est tenu d’assurer l’égalité de rémunération entre tous les salariés de l’un ou l’autre sexe, pour autant que les salariés en cause sont placés dans une situation identique ». Le principe « à travail égal, salaire égal » signifie que si rien ne distingue objectivement deux salariés, ils doivent percevoir le même salaire. Cela vaut également pour les accessoires de rémunération. La Cour de cassation a très vite dépassé le seul thème des salaires pour viser l’égalité de traitement, entendue au sens large, c’est-à-dire englobant l’ensemble des droits individuels et collectifs qu’ils soient financiers ou non, accordés aux salariés en raison de leur appartenance à l’entreprise.

Retrouvez en deux parties l'article de Jacques Uso, associé de Lawsen Avocats Droit social et Relations sociale - et membre de la chaire, paru dans le numéro #51 d’Office et Culture et sur le site de Lawsen Avocats.

Colloque "Nudges" 2019 : De la manipulation à l'incitation

LES TRANSFORMATIONS DE L’ACTION PUBLIQUE ET DYNAMIQUES INSTITUTIONNELLES : QUELS CHANGEMENTS DANS LES COMPORTEMENTS ? FIONA OTTAVIANI, CHERCHEUSE A GRENOBLE ECOLE DE MANAGEMENT ET MEMBRE DE LA CHAIRE PAIX ECONOMIQUE INTERVIENT LE 17 OCTOBRE DANS LE CADRE DU COLLOQUE « NUDGES » 2019 A LIMOGES.


Du 16-18 octobre 2019, le colloque Nudge 2019 : De la manipulation à l'incitation - Inflexion des comportements et politiques publiques regroupe des spécialistes de sémiotique, des sciences politiques, et des sciences cognitives et des sciences de gestion. Il s’adresse à tous ceux qui, dans les structures de l’Etat, les administrations et les collectivités territoriales, ont à concevoir et à conduire des politiques d’incitation et de modification des comportements.

testLe débat autour des nudges soulève la problématique du cadre du choix social, autrement dit, de l’organisation démocratique de nos sociétés. Qui décide du sens dans lequel les choix et les comportements doivent être orientés ? Comment se transforment les conventions sociales influençant nos pratiques ? Pour esquisser une réflexion sur les transformations de l’action publique, en résonnance avec les travaux conduits au sujet des nudges, l’analyse de Fiona Ottaviani, dans la lignée du « pragmatisme interactionniste », s’appuie sur les concepts de dynamique institutionnelle, d’arrière-plan collectif et de communautés interprétatives.

Dans le sillage des travaux de De Munck (1998, p. 184), elle considère que les « conventions intersubjectives », qui influencent les comportements, dépendent de l’histoire de la communauté interprétative et de l’arrière-plan collectif de cette communauté. C’est de facto au travers de l’existence d’interactions critiques que surgit la possibilité d’une modification de l’« arrière-plan collectif », entrainant une dynamique institutionnelle particulière.

Si la question des dynamiques institutionnelles dépasse de loin celles des nudges, elle paraît à Fiona Ottaviani constituer la toile de fonds du débat sur de tels outils. Concevoir les transformations de comportements via une analyse en termes de dynamiques institutionnelles ouvre la possibilité de poser différemment la question de légitimation d’une action. Le processus de légitimation d’une action ne correspond pas ici à une forme d’« acceptologie », mais à un processus de sédimentation à travers lequel procède le changement. C’est ainsi via un processus de stabilisation progressive de l’action publique et de ses outils que chacun acquiert sa solidité.

Programme

Ouvert au public le 18 octobre : inscriptions

Ouvert aux étudiants de Limoges du 16-18 octobre : inscriptions

Lire aussi : Les nudges, un coup de pouce non-violent ? de Fiona Ottaviani et Dominique Steiler

Le mécénat de compétences HPE : une logique vertueuse de co-construction

Depuis 2012, HP Enterprise est mécène de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Ces 18 derniers mois, HPE a plus spécifiquement travaillé à l’émergence des Trophées de la Paix économique, via l’instauration d’un mécénat de compétences.


mecenat_competences_hpe_bruno_moyenPendant 18 mois, HPE a détaché deux de ses collaboratrices auprès de la chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Ce mécénat de compétences s’est déroulé en deux temps. Nicole Travaillé, chef de projets chez HPE pendant une vingtaine d’année, a longtemps collaboré avec les équipes IT dans le champ de l’innovation, puis au sein des relations sociales. Au sein de la chaire, elle a orchestré en amont les Trophées (étude de faisabilité ; mobilisation des ressources internes et externes, activation des réseaux…). Fabienne Mille, salariée HPE depuis 23 ans, a quant à elle occupé différentes fonctions dans la vente. Elle a pris le relais de Nicole Travaillé pour la conduite du projet (coordination, négociation et promotion).

De gauche à droite: Laurence Commandeur, Nicole Travaillé et Fabienne Mille, HPE

Porté par une convention de partenariat, le mécénat de compétences consiste en la mise à disposition de ressources ou de moyens auprès d’une institution publique ou consulaire de formation et de recherche. Surtout, « Le mécénat de compétences est une approche gagnant-gagnant : pour la personne détachée, qui apporte son expertise et acquiert une expérience dans un autre environnement ; et pour Grenoble Ecole de Management, qui profite de l’opportunité du savoir-faire extérieur d’un acteur privé. HPE se situe ainsi au plus près de l’expression d’une logique vertueuse de co-construction, » relève Laurence Commandeur, responsable des ressources humaines au sein de HPE, à Grenoble, en charge de la prévention des risques psycho-sociaux et instigatrice de ce mécénat de compétences.

En savoir plus sur le mécenat de compétences et les Trophées de la Paix économique

 

Photo copyright : Bruno Moyen

Page 1 of 9

 


 

Logo partenaires WEB

 


 

CONTACT

Caecilia von Hildebrand - Event and communication manager - Tél.: +33/4 76 70 64 81 - Mail

CONTACT

Caecilia von Hildebrand
Chargée de projet communication
Tél.: +33/4 76 70 64 81

SUIVEZ-NOUS

linkedin DomSteiler 60x60px Linkedin groupeMindfulness 60x60px
Twitter 60x60px Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette

 
 
 
 
© 2018 GEM - Chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Tous droits réservés.

To participate in a human value-creating economy

Contact - Legal notices - Sitemap