la Chaire - Axe - Paix économique

Pour une Education à la Paix Economique : pistes de réflexion

Raffi Duymedjian, Enseignant-chercheur à Grenoble École de Management,

7 juillet 2010 

La guerre économique est un état permanent de nos  sociétés, devenue règle plutôt qu’exception [David & Suissa, 2009]. Elle prend différentes formes, se manifestant soit par un conflit entre économies concurrentes, telle la guerre économique que se livrent les Etats-Unis et la Chine [Susbielle, 2006], soit entre géants industriels quand Airbus et Boeing se font la guerre sur un marché oligopolistique. Si certains datent sa naissance du premier blocus continental napoléonien [David & Suissa, 2009], son omniprésence dans la presse économique et, surtout, son association manifeste avec la logique concurrentielle et les enjeux de pouvoir entre nations lui donnent un semblant de permanence.

La paix intérieure, élément clé du développement durable

Rachel Mutin- Sénéclauze et Dominique Steiler, Directeur Adjoint à la pédagogie de Grenoble École de Management

7 juillet 2010 

I/ Constat et difficultés

D’aucuns prétendent que la culture occidentale fondée sur le modèle rationaliste, matérialiste et scientifique s’est enfin émancipée des idéologies religieuses obscurantistes qui aliénaient les esprits et est enfin libre de toute croyance.  Aujourd’hui, l’homme moderne ne serait plus en proie aux illusions et aux modèles imposés. Quelle délivrance : vivant désormais dans un monde où  l’objectivité garantit nos connaissances, l’homme semble délivré du poids des superstitions, des traditions et divers mythes qui inféodaient l’esprit de ses ancêtres ; il peut penser et agir librement sans craindre la mauvaise fortune ou la vengeance des dieux…

Et si la modération en entrepreneuriat faisait du bien à l’économie ?

De la pertinence et la nécessité de légitimer « l’entrepreneur modéré »

Sandrine Ansart, Raffi Duymedjian, Hugues Poissonnier, Enseignants-Chercheurs à Grenoble Ecole de Management

7 juillet 2010

La théorie microéconomique classique présente l’homo oeconomicus comme un individu rationnel et optimisateur. L’objet de cette optimisation (maximisation de l’utilité sous contrainte) dépend du rôle de l’individu dans la société. Ainsi, l’utilité se mesure en termes de consommation pour le consommateur, en termes de rémunération pour le travailleur (nous sortons ici de la microéconomie traditionnelle pour intégrer un des grands principes de l’OST développée par Taylor), en termes de probabilité d’élection ou de réélection pour l’homme politique,… et en termes de profit pour le producteur ou l’entrepreneur.

Don, Sacrifice, et lien social à la lumière de la Crise

Karine Gatelier, Michelle Mielly, Enseignants-chercheurs à Grenoble École de Management

7 juillet 2010 

Problématique

Les entreprises, de plus en plus, recourent à la figure du sacrifice, que ce soit dans les discours des économistes, des entreprises, des actionnaires, des syndicats, ou des employées eux-mêmes. Cette référence au sacrifice provient de la déconnexion qui s’opère entre la contribution du salarié et la rétribution qu’il perçoit.  Au travail, la contribution est  généralement perçue comme étant en adéquation avec la rétribution, mais nous sommes actuellement témoins d’un découplage qui s’opère entre les deux. L’iniquité qui en résulte requiert de l’employé un geste habituellement rattaché au sacerdotal : le don

Temps de Paix, Temps de Guerre : le repos du guerrier

Jean-Marc Huissoud, Enseignant-chercheur à Grenoble École de Management

17 juillet 2010

Dans l’imaginaire de la Paix, le romantisme du XIXème a longtemps instauré dans la pensée occidentale l’idée que la paix se manifeste par le calme, le temps long, et l’oisiveté apparente de la méditation et de la contemplation. Calmes, les paysages bucoliques de Monet, les personnages du douanier Rousseau ou les figures de Manet. Le contraire bien sûr de la violence agitée de Guernica vu par Picasso, où de la mise en scène de la violence angoissée d’un Max Ernst. La guerre est agitation, soumission de l’homme à l’immédiateté de la survivance, à la nécessité du sacrifice dans l’intérêt collectif. La paix est reconquête de soi, attente du murissement des récoltes, moment de convivialité ensoleillé.

Recherche

 


 

CONTACT

Caecilia von Hildebrand - Event and communication manager - Tél.: +33/4 76 70 64 81 - Mail

CONTACT

Caecilia von Hildebrand
Chargée de projet événementiel et communication
Tél.: +33/4 76 70 64 81

SUIVEZ-NOUS

linkedin DomSteiler 60x60px Linkedin groupeMindfulness 60x60px
Twitter 60x60px Youtube 60x60px

ABONNEMENT NEWSLETTER

newsletter

TELECHARGER LA PLAQUETTE

plaquette

 
 
 
 
© 2018 GEM - Chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail. Tous droits réservés.

To participate in a human value-creating economy

Contact - Legal notices - Sitemap